Imbolc, légendes et énergie



Chaque année depuis des temps très anciens, les portes des quatre saisons sont fêtées ; Imbolc le 1er février annonce le retour de la vie après le mort hiver, l’arrivée silencieuse mais lumineuse du printemps, la naissance du soleil ensemençant de vie la terre.

Plusieurs légendes viennent nourrir cette date du 1er février, le jour de Bride (devenu Brigit).

Bride, femme de sagesse et déesse celtique des arts magiques de la transformation, déesse de la poésie, de la guérison et de la forge, régnait sur l’entre deux monde entre la nuit et le jour, entre l’hiver et le printemps, veillait sur les naissances des hommes et des troupeaux, tout comme sur la naissance du printemps.

Traditionnellement en Ecosse, la fête de Bride, fêtée essentiellement par les femmes, honorait cette triple déesse et le renouveau du printemps. Elles confectionnant des poupées de blé ou d’orge décorées des premières fleurs (perces neige, primevères…). Un coquillage ou cristal symbolisant le retour de la lumière du soleil était ajouté à la poupée comme étant son cœur. Les plus jeunes des femmes habillées de blanc et cheveux lâchés promenaient en procession les poupées, honorant l’esprit de la pureté et de la jeunesse.

Légende :

La vieille femme de l’hiver, sorcière ténébreuse, féroce quand la colère l’envahissait, frappait le sol de son marteau magique chaque automne et transformait l’herbe en glace.

Cette sorcière de l’hiver tenait captive une belle jeune fille, Bride ; jalouse de sa fraicheur et de sa beauté, elle en faisait sa servante de vilaine façon. Elle l’avait enlevée car son fils en était tombé amoureux, et s’il l’épousait, Bride deviendrait reine et elle serait déchue de son trône.

Le jeune prince sur son cheval blanc parti à sa recherche, lutta contre les mauvais tours de la sorcière de l’hiver, brava les tourmentes glaciales. Mais malin, il emprunta 3 jours au mois d’août pour parvenir à son but et récupéra Bride. Après ces trois jours d’une étonnante douceur, l’hiver se déchaina de plus belle sous la colère terrible de la sorcière. La bataille de l’hiver dura mais plus fort était la montée du soleil, caressant la terre, revigorant Bride qui chaque jour rayonnait de sa pureté et de sa beauté. Aux portes du printemps, la sorcière de l’hiver capitula et devint pierre jusqu’au prochain hiver ; Bride et le printemps pouvaient régner sur la terre.

Imbolc marque aussi le processus de purification à mettre en œuvre pour accueillir ce soleil nouveau, promesse de fécondité, de bonnes récoltes et de belles naissances dans les maisons comme dans les troupeaux. Pour se nettoyer de l’hiver, se nettoyer de ce qu’on aura trié durant cette période d’introspection, ces purifications se feront par l’eau, le blanc

La symbolique de ce soleil émergeant de l’ombre de l’hiver se retrouve dans les flammes, feux, bougies, que l’ont allume le soir, dans les crêpes rondes et dorées de la chandeleur.



« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde… »

Gandhi

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon

© 2015 - 2020 Les sentiers du temps Website Proudly created with Wix.com